article

7 conseils pour gérer votre micro comme les pros !

7 conseils pour gérer votre micro comme les pros !

Le micro et vous, une grande histoire d’amitié.
( Cet article est ciblé sur l’utilisation du micro-main. )

 

S’il y a bien un outil qu’un chanteur doit apprendre à gérer, c’est son micro. C’est pas rien un micro pour un chanteur. En général, on le choisit, puis on le bichonne, on le chouchoute, on en prend soin, on se l’aime quoi !
Le micro est un élément capital pour les chanteurs. C’est lui qui retranscrit la voix. C’est lui qui permet au public d’en entendre toutes les subtilités, la compréhension du texte. C’est lui qui crée le relais des émotions et des nuances, entre le chanteur et le public.
En musiques actuelles, le micro est THE meilleur ami du chanteur. ( Enfin, il est sensé l’être. )

 

Ok, un micro permet d’amplifier le son, encore faut-il savoir s’en servir… ça paraît simple dit comme ça, mais détrompez-vous. Un bon nombre d’ingénieurs du sons s’arrachent les cheveux quand ils sont face à des chanteurs peu conscients de l’impact de la gestion du micro sur leur voix. Chanteurs professionnels et amateurs confondus.

 

Rien de plus énervant, ou frustrant quand :

  • On entend un mot sur 2, voire une phrase sur 2. ( Voyons, elle parle de quoi la chanson là ? J’ai rien compris ! )
  • Le public est forcé de se boucher les oreilles sur certains passages de la chanson. ( Aïe, ça crie là, non ? )
  • Le timbre de la voix change toutes les 2 secondes, car le positionnement du micro n’est pas stable.

Et j’en passe …

 

Tiens d’ailleurs, j’ai eu une discussion avec un ingénieur du son la semaine dernière. Il me racontait qu’il était parti en Afrique pour enregistrer et sonoriser des groupes. Les chanteurs qu’il avait rencontré n’avaient jamais chanté dans un micro. Ce fût une 1ere expérience atypique, folklorique : pour le chanteur qui découvrait sa voix amplifiée et les contraintes liées à l’utilisation d’un micro, et pour le sonorisateur qu’il était, qui devait faire face aux montagnes russes vocales à régler.
Ce fût laborieux. Il en a conclus que savoir chanter dans un micro, c’était encore “un autre métier “. (Je reprends sa phrase. )

 

De toute évidence, on ne naît pas avec un micro dans les mains. Donc, chanter avec un micro 🎤, c’est inné ?
Clairement, non.
Alors, si vous chantez sur scène, ou que ce projet est prévu pour bientôt, n’oubliez pas que votre micro est indissociable de votre voix.
En gros, vous chantez ? et bien il va falloir apprendre les rudiments du fonctionnement d’un micro.

Votre voix et votre micro ? Une histoire d’amitié, vraie, forte, sans faille, passionnée. Une histoire de confiance.

Alors,

Prêt.e à apprivoiser votre micro, et assumer votre voix sur scène ?
Prêt.e à donner à votre public toutes les subtilités de voix, et donner le frisson ?
Prêt.e à vous en servir avec assurance comme les pros ?

 

 

techniques du micro

 

Donc, vous trouverez ci- dessous, 7 conseils pour :

  • 1 – devenir le meilleur ami des sonorisateurs
  • 2 – avoir une attitude “professionnelle” avec votre micro sur scène
  • 3 – remplir votre check-list d’ASTUCES DE CHANTEURS. !

Et si vous n’en avez pas encore fait une, il n’est jamais trop tard pour commencer.

C’est parti !

 

1 – Un micro sert à amplifier votre voix. Inutile donc de le positionner devant votre bouche lorsque vous ne chantez pas. Il ne servirait, dans ce cas précis, qu’à amplifier votre respiration, certains bruits de bouche, ou autres sons ou bruits disgracieux. A moins que ce ne soit voulu ? ( heu, pas très heureux quand même…)
L’exemple typique d’un chanteur qui monte sur scène, se place au centre ( ou plutôt en arrière, voire même derrière le rideau, histoire qu’on le voit pas trop ^^ ), et avant même que la musique démarre, le micro est déjà greffé devant sa bouche. (Tu peux m’expliquer ce que tu es entrain de faire à ce moment précis ? )
Bon, vous avez compris, À E-VI-TER !

 

2 – Comment savoir si vous tenez votre micro à la bonne distance de votre bouche ? Pas trop prêt, ou pas trop loin ? Pour que l’essence de votre voix ( le timbre ) soit captée au mieux dans votre micro, je dirai 2 à 3 centimètres de votre bouche.
Aussi, je vous invite à prendre le temps de faire une balance ( réglages et équilibre des sons: gain, volume, égalisation ) avant vos prestations.
Vous devez vous entendre confortablement, sans gêner les autres, chanteurs ou musiciens, qui vous accompagnent.
Cela évitera bien des désagréments.

Mais attention, cette distance micro-bouche, est modulable.
En fonction de votre interprétation, des nuances, des modifications de volume et de puissance. Pensez donc à reculez votre micro quand vous chantez plus fort ou plus aigu, au risque de casser les oreilles de votre public.
A contrario, rapprochez-le lorsque vous chantez dans un registre grave ou sur des voix soufflées.
Sans oublier que l’effet de proximité renforce les fréquences graves.
Au moins, cela permettra à votre audience de se délecter de votre voix, sans se sentir agressée. Ou au contraire, de n’entendre qu’une partie de votre performance.
D’où la subtilité de bien gérer les techniques du micro.
Un conseil: LA PRATIQUE , LA PRATIQUE, LA PRATIQUE !
En répétition, chez vous, sur scène.

 

 

3 – Pour retranscrire votre voix au plus juste, votre micro doit rester dans l’axe de votre bouche lorsque vous chantez, et vous suivre dans tous vos moindres mouvements.

  • Vous tournez votre tête à gauche, votre micro suit votre bouche,
  • vous regardez le guitariste à droite, votre micro reste dans l’axe de votre bouche,
  • vous regardez en haut, en bas , idem.

Dis comme ça, ça parait tellement simple et évident. Et pourtant ….
[ On se croirait dans la parodie de Kad et Olivier, Jean-Michel ON ENTEND UNE SYLLABE SUR 8 ! 😀]

De même que l’inclinaison ou la hauteur de votre micro par rapport à votre visage impactera le son.
N’oubliez pas que l’on capte ce qui vient de votre bouche( et pas de votre nez ). Votre visage doit aussi rester visible par le public. Expressions et esthétique obligent ! Trouvez le juste milieu et restez-y, en évitant les crispations.
On ne se cramponne pas à son micro.
On ne dessine pas des cercles avec son micro pendant que l’on chante.
( si, si déjà vu !)
On ne tape pas non plus dessus pour faire applaudir le public. ( vos avant- bras ou vos poignets servent à ça. )

 

 

4 – La façon de tenir votre micro 🎤 dans votre main, autrement dit, la technique de prise en main, impacte la retranscription sonore.
Donc, tenir votre micro comme-ci ou comme ça pour faire « genre », pour donner du « style », oubliez !
(«  je chante du rock 🤘 donc je tiens mon micro comme les rockeurs !! On me la faite 2000 fois celle-là » )
Avant de chercher à avoir du Style dans la prise en main de votre micro, pensez que si vous tenez votre micro n’importe comment, vous risquez d’avoir une voix de … canard, ou de modifier la directivité originale du micro. (de cardioïd vers omni)
On tient un micro par le corps. La grille doit rester libre, toujours.
Ensuite, libre à vous d’empoigner le corps ou de le tenir avec élégance.

 

Tenir un micro

 

 

5 – Quand un chanteur monte sur scène, et que le concert démarre, le micro est ouvert. Donc, s’il vous plaît, ne tapez par sur votre micro pour vérifier s’il est allumé. De même que faire une vérification de son devant le public : 123, vous m’entendez là ? C’est bon , ça fonctionne ? ( Une attitude anti-professionnelle en début de concert.)
La balance ( équilibre des sons ) a été faîte bien avant le début du concert.
Tout est donc sensé fonctionner correctement. Si vous avez un ingé-son, il connaît son job. Faîtes-lui confiance.
Votre ” travail ” si on peut appeler ça ainsi, se limite à penser, si vous avez un micro avec un interrupteur, à le mettre sur ON. ( Le cas des micros HF – sans fil ) Si vous avez un micro filaire, vous n’avez rien à faire.
Enfin, si, à chanter :-).

 

6 – Votre micro est posé sur un pied par choix, ou parce que vous jouez aussi d’un autre instrument : guitare, piano… Même si ce que je vais écrire semble une évidence pour certains, la réalité est toute autre, parfois.
Privilégiez un pied perche pour les multi instrumentistes, pour questions pratiques, et pensez à régler correctement la hauteur de votre micro avant de chanter. Son accès doit rester facile et évident.
La hauteur adéquate permet une posture où votre tête reste dans l’axe neutre, sans casser la nuque, sans tirer sur le cou => en mode tortue.
N’oubliez pas de chanter dans l’axe du micro. Cela implique que vous maîtrisez suffisamment votre instrument qui accapare vos doigts ou vos mains, et que vous pouvez libérer votre regard pour votre audience.
La connexion avec votre public est primordiale, et l’interprétation de votre chanson en sera plus juste.

 

7– Les Larsen, vous connaissez ? Ces sifflements aigus qui vous tuent les oreilles. Là aussi, on va les éviter. Donc, on revient sur le fait de bien régler votre micro pendant la balance ( égalisation ), et évitez de diriger votre micro vers les retours et enceintes lorsque vous ne chante pas.

 

 

La gestion de votre micro se précisera au fil du temps, et de votre pratique vocale. Utilisez-le le plus régulièrement possible, et dans différentes situations.
Cependant, même si son utilisation est parfois approximative, votre interprétation doit rester votre intention première lorsque vous chantez.
Donc, pas de panique si ce n’est pas parfait ! ( Même si je sais que vous cherchez la perfection, hein ? )
Patience… Patience.
Les techniques du micro n’auront bientôt plus de secret pour vous !

 

 

Inscrivez-vous pour recevoir des mails remplis d’énergie, de bonne humeur, des astuces vocales, et des infos pratiques ! #VOCALPOWER

Receive Updates

No spam guarantee.

« En soumettant ce formulaire, j’accepte de recevoir les infos des stages, astuces vocales, conseils. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour connaître ou exercer vos droits, consultez mes mentions légales»