résonance

C’est quoi la résonance ?

C’est quoi la résonance ?

Il y a quelques semaines, j’ai créé le module gratuit #VOCALPOWER. (Pour plus d’infos, cliquez ici ) et suite au jour #6, j’ai reçu des messages, des questions, des photos …

Un programme interactif finalement, vous laissant la possibilité de poser vos questions sur des thématiques qui vous interrogent, ou des problématiques personnelles, d’ordre technique ou autre. L’objectif est de vous proposer des astuces, des conseils, des solutions.

Vous êtes prêt(e) ?  C’est parti ! 

 

Question résonance…

 

Qu’est-ce que la résonance ? ça ne vous dit rien ? et les résonateurs alors ? (Même si vous ne savez pas, d’ici 5 minutes, tout devrait être plus clair.)

Les résonateurs sont les espaces (ou cavités) situés au dessus de vos cordes vocales, et qui vont permettent d’une part à l’air de « voyager »  vers la sortie, et d’autre part , au son primaire de s’amplifier et s’enrichir. Ces espaces sont : le pharynx, la cavité buccale, les fosses nasales, et la cavité labio-dentale.

Ce qui est génial, et ceux de ma génération comprendront ^^,  c’est que c’est comme les Barbapapas ;-).

Ces espaces sont modulables… Bon ok, pas tout à fait comme les Barbapapas qui se transformaient à volonté, courts , longs, carrés, mais quand même…

 

 

———————————

Test : Amusez-vous à tenir une note sans la changer pendant l’expérience, sur votre voyelle préférée, puis faîtes des grimaces. 

Qu’observez-vous ? Et oui, le son change. Pourquoi ? Parce que vous avez modifié la forme de vos résonateurs.

———————————

 

Continuons…

On trouve d’autres acteurs, qui se nomment les articulateurs, et qui vont aussi avoir leur rôle à jouer quant à la modulation des espaces de résonance. Les articulateurs, sont les lèvres, la langue, la mâchoire et le voile du palais. Le positionnement ou la mobilisation musculaire d’un articulateur influe sur le volume des espaces de résonance en les agrandissant, en les cloisonnant, ou en les rapetissant. Autrement dit, si vous changez, ne serait-ce que le positionnement d’un seul des articulateurs, vous allez changer la forme du conduit vocal, et par conséquent changer la structure sonore / le timbre.

Et si on avait une marge de manoeuvre supplémentaire ? allonger ou raccourcir le conduit vocal, ça passe aussi par la hauteur de votre larynx, non ? 

Vous voyez qu’il y a de multiples réglages à faire pour jouer sur les espaces de résonance, un peu comme un luthier qui façonne et ajuste son instrument. 

 

*N’oubliez pas que la partie résonance / articulation est la dernière partie de la chaine de la construction du son. Le premier maillon étant la soufflerie, le 2eme le vibrateur ( les cordes vocales ), et le 3eme , le filtre. Ils fonctionnent en synergie, et ont un impact les uns sur les autres. C’est pour cette raison que tous les étages méritent attention.

 

En quoi la résonance est un élément technique important ? A quoi ça sert ?

 

  • Articuler les voyelles: la forme du conduit vocal définit pour chacune des voyelles, un timbre (structure sonore) qui lui est propre. Si on observe le schéma ci-dessous, on retrouve les voyelles qui s’organisent sur un «Triangle / trapèze vocalique ». Remarquez que chacune d’elle a une place spécifique, appartenant à la famille des voyelles ouvertes ou fermées . On retrouve la notion de voyelles antérieures , centrales ou postérieures (dépendant de la position de la langue)  qui ajoute une nouvelle perception de « spacialisation »  du son. (Pour ceux qui ne perçoivent pas cette « dimension sonore »,  pas de panique ! D’autres stratégies pour arriver au même résultat seront possibles, heureusement.  N’oubliez pas que nous n’avons ni le même mode de fonctionnement, ni les mêmes perceptions.)

Retrouvez ici l’alphabet phonétique qui répertorie les consonnes et voyelles françaises : https://www.espacefrancais.com/lalphabet-phonetique-international-api/#Les-voyelles

 

Voyelles orales françaises:

Ref: Marc Capliez, « Typologie des erreurs de production d’anglais des francophones : segments vs. suprasegments », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXX N° 3 | 2011, mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 04 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/apliut/1645 ; DOI : 10.4000/apliut.1645

 

 

  • Libérer la voix, en offrant un équilibre entre la pression sous-glottique ( pression de l’air engagée au dessous des cordes vocales ) et la pression supra-glottique (pression au dessus des cordes vocales = les espaces de résonance). Comment ça marche ?  Pour éviter toute sensation d’inconfort, de crispation, de tension, pouvant résulter sur un déséquilibre du geste vocal, un timbre inapproprié ( une couleur qui esthétiquement ne vous plaît pas par exemple, ou qui surgit de manière ponctuelle sans forcément comprendre le pourquoi du comment ?, voire une fatigue vocale, le chanteur doit proposer un espace de résonance adapté à la pression d’air engagée sous ses cordes vocales, pour chacune des notes qu’il chante. ( Et c’est là que les consonnes rentrent en jeu  notamment …) D’où l’intérêt de « connaître » sa voix… dans tous les mécanismes, et dans tous les registres. Il est bien évident, je le précise quand même, que la pression d’air doit, elle-même,  être adaptée à la fréquence.  Tous les éléments doivent être connectés ensemble pour que la Magie opère, sinon… votre tour de magie est … « raté ». Pour aider les chanteurs que je coache à prendre conscience des pressions sous et supra glottiques, je leur propose une cartographie de leur voix. Cette cartographie me permet de définir avec une extrême précision la structure de leur voix,  et permet aux chanteurs, de prendre conscience du fonctionnement du geste vocal, et des ajustements à mettre en place,  dans chacun des mécanismes et registres vocaux. 

 

 

  • Proposer une esthétique vocale particulière . A noter qu’ à partir du moment où la production vocale, est SAINE ( en gras et en majuscule, s’il vous plaît !) tout est possible en terme d’esthétique. 

 

 

Un petit aparté que je voulais partager avec vous …

 

Suite à un cours sur la vibration et la résonance, j’ai demandé à Michel, de bien vouloir me faire un retour de son cours de chant. Pour qu ’il raconte à chaud, ses perceptions, ses sensations, son vécu pendant ce cours que l’on peut qualifier de « surnaturel »,  mais qui lui aura permis de trouver la place de chacune de ses voyelles avec précision. Objectif atteint , pari gagné !

« Aujourd’hui j’ai senti vibrer mon corps.  Je dirais que mon corps est entré en résonance avec ma voix. comme un seuil au niveau du larynx, en-dessous duquel le corps vibre ou vrombit comme le moteur d’une voiture, et au-dessus duquel ce même moteur se fait entendre. Comme une voiture, le corps est la carrosserie qui vibre, qui tremble, et sous le capot se trouve le moteur qui ronfle, qui grogne. “ça” ne vibre pas au même endroit que “ça” sonne.

Quant au positionnement des sons i, a, ou, c’est comme si l’on plaçait le curseur d’un laser à différents endroits dans la bouche et la gorge afin de cibler juste …

Un spectre de résonance, de voix se développe du i vers le ou. Sur le i, la pointe du laser est très fine. il s’agit bien d’une pointe. Plus on se dirige vers le ou en arrière, plus ce spectre s’élargit. J’ai dit que “j’ouvrais le champ”, peu avant de comprendre que simultanément “j’ouvrais le chant”. Comme un faisceau de lumière du soleil à travers la fenêtre. 

Curieusement, je comprends,  à ce moment précis, que tout mon corps est un vaisseau. et dans cet espace situé au-dessus du larynx, je comprends qu’il s’agit d’une annexe de ce même vaisseau – un sous-vaisseau- composé de plusieurs salles. Je ne me trouve que dans une seule salle, mais je dois m’assurer que la lumière est allumée dans toutes les salles.

Ma voix sonnée se trouve en haut entre mon larynx et le sommet de mon crâne, et ma voix vibrée se trouve en bas, entre mon larynx et la plante de mes pieds.  Finalement, la voix emprunte plusieurs voies …

C’est un réseau certes complexe mais relié, multi-dimensionnel. Ce n’est pas exclusivement vertical, horizontal ou diagonal. C’est une boule à facette, et les reflets partent dans toutes les directions. »

Bravo Michel. Tout est dit …

 

 

Exercices et expérimentations autour de la résonance et de l’articulation

 

  • Commencez par bailler ou simuler un bâillement, (il peut être sonore ou pas ), puis déglutissez ( avalez votre salive , ou buvez une gorgée d’eau) 

A renouveler 5 fois. Observez les changements pendant que vous faites ces 2 mouvements.

 

  • Ensuite, on tire au sort 1 des articulateurs, et on commence par … Attention, roulement de tambour …. TRRRRRRR …  Tadaaaaaa ! La langue 

Que peut-on faire pour détendre, tendre ou mettre sa langue en mouvement ? 

Et si on commençait par tirer la langue? Comme des enfants en cour de récré. Tenez cette position pendant 10 secondes.

Puis baillez / déglutissez /  et renouvelez l’exercice 3 fois.

Tirez ensuite la langue dans toutes les directions:

  1. En essayant de toucher votre oreille droite, tenez 10 secondes
  2. En essayant de toucher votre oreille gauche, tenez 10 secondes 
  3. En essayant de toucher votre menton,  tenez 10 secondes 
  4. En essayant de toucher votre nez, tenez 10 secondes 

A chaque fois, pensez à bailler et déglutir entre chaque session. 

Vous pouvez ainsi faire d’autres exercices sur les lèvres, le voile du palais, la mâchoire. Attention, respectez le rythme d’exécution de chaque exercice. On travaille LENTEMENT, afin de se concentrer sur chaque structure, et surtout ne pas vous blesser. Dans certains cas, l’amplitude des mouvements est très petite. L’important c’est d’observer, de prendre conscience de, de mobiliser, même si le mouvement n’est que de quelques millimètres ou petits centimètres. Au fur et à mesure, vous trouverez l’amplitude et ainsi pourrez gagner en fluidité, souplesse, et détente. 

Le but des exercices ciblés sur les articulateurs, est de prendre conscience de leur mouvement, de leur positionnement, des éventuelles tensions ou crispations etc…

A noter dans votre carnet de suivi !

 

  • Fermez la bouche, et faîtes des grimaces très exagérées avec le visage. Vous pouvez aussi mâcher un chewing-gum imaginaire. ( A faire en silence et avec une note, ou en sirène )

 

  • Chantez les 3 voyelles I, A, OU sur une même note confortable.  Arrivez-vous à identifier la différence de placement de vos 3 voyelles?  dans une dimension spaciale? Devant vous, au centre , derrière vous ? cela peut-être aussi en haut, au milieu,  en bas ? Cela peut aussi être j’entends que celle-ci est plus aigu, plus grave ? … A chacun ses propres perceptions. 

 

  • Regardez un dessin animé et coupez le son. A vous de faire la voix des différents personnages . A chacun son timbre !

 

  • « Retour vers le futur » vous connaissez ? Comment était votre voix quand vous aviez 3 ans ?  Pourriez-vous l’imaginer et parler avec ? Et comment  imaginez-vous votre voix quand vous aurez 80 ans ? Même exercice . Surprenant, non ? 

 

Conclusion :

La résonance est donc un élément essentiel dans la construction de l’ équilibre de la voix, dans un désir de performance, dans la recherche d’identité de la voix du chanteur,  car elle structure son timbre, sa signature, son univers…  « Resonance is the Key for coherence » 

Un gros chapitre qui mérite toute votre attention.  A méditer et travailler …  Je compte sur vous !